Recette de cuisine : serveur de messagerie collaborative (inter-opérant et sans extensions, sisi :-)

Tout le monde connaît le courriel : échanger l’équivalent d’une lettre de manière électronique. Avec la montée en puissance des téléphones intelligents, beaucoup se sont rendus compte de la puissance du carnet d’adresses et de l’agenda partagés d’une machine à l’autre. Certains ont la possibilité, au travail le plus souvent, de partager ces informations entre collaborateurs. Toutes ces fonctions sont gérées par la messagerie, qui devient alors collaborative. Afin de se soustraire aux logiciels propriétaires, aux verrous commerciaux et à la solubilité des données et des applications dans le nuage numérique, Liberasys livre sa recette de cuisine. Trois semaines à temps complet on été nécessaires afin de sélectionner, installer, faire coopérer les briques nécessaires et de valider le bon fonctionnement sur les logiciels utilisateurs (téléphones intelligents, clients « lourds », clients WEB). Mais tout d’abord un rappel sur le pourquoi du comment.

Nous voulions :

  • un système complet de courriel avec agenda et carnet d’adresses partagées,
  • un système à base de logiciel libre,
  • sans extensions payante pour les logiciels utilisateurs,
  • compatible avec la majorité des solutions propriétaires du marché,
  • avec de la synchronisation automatiques des agendas et des carnets d’adresses,
  • simple à utiliser,
  • performant, stable, pérenne,
  • et enfin conforme à l’état de l’art (antispam, antivirus, gestion de la réputation, …).

Attention ça devient technique :-). Notre choix s’est tourné vers le logiciel de cœur de l’échange de courriel Postfix (reconnu, fiable, stable, et bien maintenu), avec son interface WEB pour opérateur PostfixAdmin (une personne des ressources humaines peut ainsi créer et supprimer un compte). Suivi pour la gestion des boîtes avec Dovecot (repris par une société qui ne livre pas toutes les fonctionnalités en libre, mais dont les fonctionnalités libérées suffisent largement). Pour la gestion de la réputation : SPF, DKIM, DMARC (« normes » pour valider qu’un mail est bien émis par des systèmes appartenant au propriétaire du nom de domaine). Et pour la gestion des SPAMS nous avons choisi rspamd, qui est encore jeune mais très prometteur, et dont les mécanismes d’analyse des courriels sont pluriels. Une vérification antivirus avec Clamav. Et un peu de liant avec rmilter.

Pour la partie gestion des agendas, des carnets d’adresse et l’interface utilisateur (webmail, paramètres, partage, filtres, …), nous avons choisi Horde. Ce projet a eu une phase de déclin entre 2008 et 2012. Mais la dernière version (5) est vraiment fonctionnelle et stable. C’est le seul projet libre que nous avons trouvé qui fournit autant de spécifications techniques sur la compatibilité de la synchronisation avec les logiciels utilisateurs (par exemple, voir ici : http://wiki.horde.org/ActiveSync). De plus, Horde intègre les protocoles employés par les logiciels les plus utilisés. Ainsi, il n’est pas besoin d’installer de morceaux de logiciels pour rendre le côté utilisateur inter-opérant ! Le seul inconvénient est que son interface est un peu terne. Mais elle peut être changée pour correspondre à vos goûts :-)

En conclusion, nous avons produit à base de logiciels libres un système équivalent aux solutions des géants de l’informatique et à peu de frais. L’interopérabilité est au rendez vous, et quasi universelle. Bref, que du bonheur !

Voici enfin les recettes de cuisine en question :

 

N’hésitez pas à nous demander une démonstration, du conseil ou de l’expertise sur les systèmes de courriels à base de logiciels libres !